17 septembre 2007

Coincées

no

Voilà un nouveau post sur le blog de prouti!
eh non
elle n'est pas morte
elle tente de survivre
et se débat comme elle peut contre ses démons!!!

Mais de quels démons s'agit il?
rien de bien grave
comme tous les spleen de la vie
c'est jamais "bien grave"
mais ça fout un merveilleux caca dans la tronche!

Depuis mon séjour il ya qqs mois en Guyane
j'ai mis mon cerveau en mode "ne pense pas Ta gueule!"
c'est une opération dans laquelle j'excelle
vu mon haut niveau d'entrainement en Guyane,
à Cacao plus exactement!
Au sein de la communauté hmong.

Je n'ai pas complètement grandi dans cette culture
elle appartient à ma mère
c'est à travers elle que je la perçois
et en critiquant la culture hmong c'est bien sûre ma trés chère mère que je critique.
A l'heure où j'aimerais bien devenir maman
je me torture l'esprit avec la mienne...
passage obligé?
Non.
Je n'ai pas attendu de vouloir un enfant
pour me casser la tête avec l'éducation que j'ai reçu.
Les jeunes femmes provenant de ces communautés un peu "traditionnelles"
sont souvent déchirées entre le respect des principes (de leurs parents)
et les multiples "libertés individuelles" qu'offre la culture occidentale.
Les hmongs sont trés conservateurs,
ils exigent beaucoup d'une fille,
comme dans pas mal de sociétés,
la situation féminine n'est pas la plus privilégiée.
Durant mon séjour en Guyane
j'ai rencontré et discuté avec pas mal de jeunes hmongs
qui nourrissent aussi une critique virulente vis à vis de leurs parents.
Certains se présentaient en tant que "hmongs évolués",
c'est à dire, ayant intégrés les principes de la société française...
emploi, sorties, alcool, tabac, sexualité,
ces échanges ont souvent eu lieu avec (entre) des hommes.
Les discussions avec les adolescentes hmongs
(car les plus grandes sont marriées ou ne vivent plus au village)
étaient plus discrètes et touchantes,
certaines jouaient les dures à cuire,
d'autres plus pudiques, révélaient tranquillement leurs envies et leurs frustrations.
Beaucoup aimeraient vivre ailleurs...
mais contraintes et soumise à l'autorité parentale depuis l'enfance,
elles n'ont pas la force de partir
parce qu'elles ne savent pas "où" aller
"où" vivre ailleurs que là où elles ont vécu.
Depuis qu'elle a raté son diplôme,
une de mes cousines sert de bonniche à ses parents.
Elle travaille aux champs avec eux,
leur prépare les repas, et travaille le dimanche pour son frère
qui tient un stand de restauration au marché du village.
Beaucoup de touristes viennent le dimanche
et le marché est un lieu d'activités trés rentables!
A la fin de la journée, elle n'est payée que 20 euros pour 10heures de boulot...
Et c'est tout ce qu'elle gagne de la semaine.
20 euros qu'elle dépense ensuite pour acheter le pain
du petit déjeuner de la famille durant les 7 jours qui suivent.
Elle voudrait reprendre ses études et repasser son diplôme
mais ses parents refusent. Elle cherche un travail dans la grande ville du coin
pour devenir plus indépendante, j'espère qu'elle y arrivera!
Sa grande soeur travaille déjà dans cette ville, elle paie son loyer,
donne une partie de son argent aux parents
et économise afin de partir un jour en Métropole et s'installer là-bas.

Quand j'entends ces histoires
je suis bien heureuse de ne pas vivre complètement chez les hmongs!!!
Ce qui est remarquable chez mes cousines
c'est que malgré leurs situations défavorables
elles possèdent une gaieté naïve et lumineuse!
elles acceptent leur condition, parce qu'elles n'en ont jamais vécu d'autres,
prennent les choses avec simplicité alors que moi ça me révolte!!!!
Est ce parce que leurs parents ne leur ont pas laissé le choix ou ne les ont pas considéré
sérieusement, qu'elles gardent cette candeur d'enfant?
qui obéit juste aux ordres des adultes...
En tout cas je ne compte pas les laisser dans cet état,
tout comme je ne veux pas rester une larve trop longtemps!
Je reçois pas mal de commentaires de gens qui apprécient mon boulot et mes propos,
moi qui croyais que c'était "mal" ce que je créais,
je me rends compte que c'est le contraire!
Au delà des images et de leur sens
j'aimerais bien que mes messages apportent le doute
dans la vie des gens.
Qu'ils puissent voir autrement.

Ce blog est à nouveau mis à jour
et j'ai des envies à rattraper.



Posté par princesse_fouf à 12:34 - Commentaires [13] - Permalien [#]


Commentaires sur Coincées

    personne n'a subi autant d'affront que moi vis a vis de la communaute hmong
    tape copainsdavant.com et tape mon nom visite et tu sauras...
    ou demandes a ta chere mere elle doit savoir je suis tres connu
    la question des hmong c'est aux hmongs de le resoudre
    il faut juste que chacun trouve sa voie

    Posté par jalao, 22 novembre 2007 à 15:23 | | Répondre
  • il ne faut pas stigmatiser, tous les hmongs ne sont pas comme ca. Pour la grande majorite a part les chretiens et autres...les hmongs croient au culte des ancetres (ils sont presque animistes). Mais il ne faut pas confondre respect des anciens avec le droit de naisse...
    Les hmongs ont une culture et des traditions millenaires je respecte ceux qui la preservent avec beaucoup d'humilite et de pitie car c'est incompatibles avec la Republique : le probleme il est la.
    Il n'y a pas que les hmongs qui ont ce probleme, tous ceux et notammment les immigres en general qui veulent faire passer leurs traditions avant les loies republicaines sont ou seront confrontes a ce dilemme.
    De plus tous ces" peuples autochtones"sont a des annees lumieres de retard sur le plan de la succession : d'abord ils ne savent ce que c'est la Succession mais de la a croire qu'un garcon avec sa bite va lui donner un heritier.
    C'est cOMpletement debile...ca depasse le machisme
    dans toute sa splendeur. Bref, ils vont en chier avec la Republique et pas n'importe laquelle en plus.
    Je suis hmong, mais hmongfrancais ou devrait je dire, hmong republicains francais et fiere de l'etre. En France metropolitaine il n'y a et il y aura que cette seule issue a l'avenir pour les jeunes hmongs.
    Sinon ils faudra pour ceux qui veulent preserver la tradition, immigrer vers la Guyane, les Etats Unis ou simplement retourner au pays...: la ou il y a de forte rassemblement de population de meme origine.
    On sait tous que les rassemblements de population de meme origine ne font pas bon menage avec l'integration. C'est des GHETTOS...
    Bon courage pour l'ouverture d'esprit

    Posté par jalao, 23 novembre 2007 à 13:01 | | Répondre
  • Je t'écris de Javouhey ...il pleut ... la grande saison des pluies arrive, pas encore installée ... j'entends les camions Dina qui passent pour aller aux champs -je suis dans la rue des champs-... ça bouge bien Javouhey...enfin, les gens se déplacent ...lol; j'entends encore deux coqs -le soleil est levé depuis quatre heures !- qui se font écho ...
    je suis là "en vacances"; dans quatre jours, je serai de retour chez moi, à Angoulême ...
    j'ai beaucoup aimé votre livre -que Kiva m'a prêté-; j'en parle autour de moi comme je peux car il me semble qu'il serait bien que les habitants de Guyane (au moins) le lisent, l'aient.
    Il sera je pense un jour ou l'autre -si ce n'est pas déjà fait- disponible pour les jeunes Hmongs de Javouhey qu'ils veulent avoir une autre vision de leur vécu; entrevoir un regard distancé comme le tien. Je suis très contente de cette découverte.Merci.

    Posté par Karinette, 16 avril 2008 à 15:17 | | Répondre
  • Content de te revoir ici.

    Posté par L'esbroufe, 17 septembre 2007 à 13:16 | | Répondre
  • Ton texte me donne envie de pleurer... Ou c'est peut-être pas le texte en fait...

    Souvent, je me dis qu'onn voudrait pouvoir bousculer tous les gens résignés alors qu'en fait, on les foutrait juste dans la merde si on réussissait à les "libérer". On ne comprend pas l'attitude résignée, la "médiocrité" d'esprit (je veux dire "médiocre" au sens premier, dans la norme, dans la moyenne) alors que tout le monde n'a pas envie de se battre.

    Quelque soit notre situation, on a toujours besoin de pouvoir se plaindre de quelque chose ou les gens qui ont cette heureuse nature de pas se plaindre rêve à un "ailleurs" qui leur fait peur et qui disparaîtrait si elles tentaient de l'atteindre. C'est comme essayer de marcher sur l'ombre de sa tête...

    Parfois, on préfère rester bien tranquillement installé dans sa merde bien chaude et douillette même si elle pue horriblement parce que l'air pur donne le vertige. Une prison qu'on connaît fait moins peur qu'une liberté inconnue.

    C'est difficile de se battre contre le côté casanier qu'on a tous; il faut aimer ce fourmillement dans le ventre, que la peur devienne une excitation qui nous donne des ailes et nous botte le cul. Est-ce que ce coup de pouce peut vraiment provenir de l'extérieur? Jer me pose souvent cette question.

    Je me demande aussi si on est pas en fait mégalo et "égocentrique" et étant généreux et altruistes, comme si on pensait que ce qui est bon pour nous est bon pour les autres... J'en sais rien, je trouve tout ça si compliqué...

    Posté par kuri, 17 septembre 2007 à 14:27 | | Répondre
  • Welcome Back !

    Bon retour Cloclo !

    Très touché par ton texte, je ne peux m'empêcher de faire le lien avec mon univers. Comme tu le sais, je suis maintenant un Hmong "d'adoption" et j'avoue avoir été (et toujours l'être) choqué en découvrant cette communauté et la place qu'elle attribut à la femme. Pourtant en Métropole, l'évolution se fait plus vite, mais malgré ça encore beaucoup de filles aujourd'hui partent se marier jeunes, lâchent leurs études tombent enceinte, et deviennent des femmes au foyer à s'occuper de leur mari et de leur belle famille. Ca me rappelle aussi bcp la "vielle" mentalité antillaise.
    Sinon je pense que l'évolution doit aussi venir des hommes. On me regarde bizarrement lorsque j'aide à faire à manger, où lorsque je fais le vaisselle, on se moque presque de moi.

    Enfin bref, merci Clo pour ce petit texte qui personnellement me touche.

    Bisous et à bientôt sur on blog !

    Posté par SeeDreeks, 18 septembre 2007 à 10:59 | | Répondre
  • On dirait bien que l'issue pour les jeunes femmes hmongs qui sont en désaccord avec ces "traditions" trop étouffantes est le travail.
    Elles sont obligées de s'exiler pour vivre plus libres.
    C'est dur car elles se retrouvent toutes seules en ville et doivent faire surement face a la pression de la famille, pour fuire le quotidient du village qui doit etre encore pire.
    C'est aussi un peu dommage pour la culture hmomgs. Car si tous les hmongs "évolués" se sentent obligés de partir, ils risquent de "perdre" une partie de leur culture. J'ai l'impression qu'en étant aussi strictes, les parents souhaitent surtout empecher ca. Mais s'ils deviennent des tortionnaires pour leurs enfants, ils ne vont qu'attiser le rejet de cette culture.
    En t'écoutant raconter des histoires sur la Guyane et les hmongs, on sent bien que, dans un sens, tu aimes beaucoup tes racines et que tu veux les conserver. Je crois que cette culture est aussi riche et belle et pas seulement stricte.
    A mon avis, beaucoup de jeunes doivent penser ca.
    Le mieux serait de discuter avec d'autres jeunes (comme tu l'as fait)pour savoir comment votre génération va changer les choses et ce que vous voulez conserver.
    Les filles veulent etre plus libre et égales aux garcons. Peut-etre que vous pourriez créer un reseau d'entre-aide ("ANPE"Hmong!)pour trouver des emplois en Guyane ou en métropole.
    Si la majorité des jeunes pensent comme vous, vous etes surement la derniere génération a subir ces traitements.
    Grace a votre ouverture d'esprit, vos enfants bénéficiront a la fois de la richesse de leur identité hmong et d'un statut "moderne" et égalitaire.
    En bref: allez-y! Soyez solidaires, et émancipez-vous toute en douceur et intelligence.
    Soyez diplomates, montrez a vos parents que la commnauté a tout a gagner de cette évolution.
    Facile a dire et long a faire...

    Posté par lily, 18 septembre 2007 à 13:00 | | Répondre
  • heureuse de te revoir.

    Posté par lyaze, 18 septembre 2007 à 15:22 | | Répondre
  • Tes fans aussi sont de retour.

    Posté par tony, 18 septembre 2007 à 23:09 | | Répondre
  • Tu nous as manquée!

    Posté par Aco, 19 septembre 2007 à 21:07 | | Répondre
  • Bienvenue chez toi .

    Tu nous manquais .

    Prouti prouta powa !!

    Posté par Danourz, 19 septembre 2007 à 22:34 | | Répondre
  • Enfin et..heureux....

    .........de te savoir assez bien et en mm tps en plein doute...On aura l'occasion de rediscuter de ton séjour , j'y tiens !
    Bises

    Posté par Valet d'Anguien, 01 octobre 2007 à 14:13 | | Répondre
  • pour une fois je réponds aux com...

    Parce que ce sont des sujets qui me tiennent à coeur!
    et que vous avez pris la peine de lire et de me répondre
    et je trouve ça bien
    j'ai moins l'impression d'écrire dans le vide!
    et j'ai envie d'avancer un peu plus dans ma réflexion.
    Faire un "ANPE hmong" ou simplement une association qui puisse accueilir et aider des jeunes hmongs qui veulent s'installer en Métropole et être autonome, j'y ai pensé, mais je suis pas assez forte pour l'instant pour dvp ce projet. Et puis je risque de me confronter à la colère et le rejet des "parents"... faudrait que je fasse plus de choses pour gagner l'intérêt et la confiance des familles, à commencer par maitriser la langue hmong et mieux connaitre le sens des coutumes!

    C'est vrai qu'en Métropole les mentalités changent plus vite, surtout pour les filles!!!
    Mais c'est dure de quitter une prison qu'on connaît bien, sans avoir de "rêve" à réaliser en étant libre... Pour la plupart des jeunes la "liberté" est synonyme de centres commerciaux, de bouffe pas cher, de boîtes de nuit, d'amours torrides, ce qu'il voit à la télé quoi!
    c'est simple et conformiste mais c'est compréhensible!
    Ce qu'on peut remarquer chez les hmongs,
    c'est que travailler comme des acharnés en exploitant des clandestins ou en se faisant exploiter, ça ne les dérange pas, tant qu'ils peuvent toucher des doigts une vie dorée...
    C'est un fait qu'on observe ailleurs dans le monde.
    Le but est d'atteindre le mode de vie, l'idéal, de la culture occidentale, celle qui domine l'ensemble de la planète, celle qui a installé les hmongs en Guyane et celle dans laquelle je me construis... alors je me questionne sur cet idéal...
    Quand j'ai débarqué de ma guyane profonde à Paris,
    je pensais que tout était beau, notemment les affiches du métro
    tellement grandes et belles
    qu'elles nous font oublier nos voisins de siège et les clodos sur les quais.
    Je savais qu'il yavait un problème,
    le même que je connaissais fillette,
    qui s'appelle l'indifférence.
    Sortir de cet état est trés simple,
    il suffit juste de laisser s'exprimer nos idées, nos envies, des gestes simples qu'on aimerait faire... genre chier dans la rue ou regarder un inconnu!

    Bref
    ménage, ménage
    continuez à m'écrire de longs commentaires trés instrictifs! et euh pour ceux qui sont juste contents de voir mes créations, dites moi don' porqué???

    merci à+

    Posté par Prouti, 03 octobre 2007 à 16:25 | | Répondre
Nouveau commentaire