Commentaires sur war

    l'auto-bastonnage

    Enfin, moi c'est comme ça que j'interprète ce strip... Surtout avec ton personnage androgyne, j'ai l'impression que c'est deux facette d'une même personne. On est nous-mêmes la personne qui peut nous faire le plus de mal par nos emportements, nos lâchetés, nos excès, nos retenues et nos doutes. On a besoin de se tuer soi-même en partie, régulièrement, pour grandir.
    Trahir et tuer c'est parfois nécessaire, le tout, c'est de bien viser.

    Posté par Pouillylandaise, 04 avril 2007 à 14:50 | | Répondre
  • Moi j'interprète que dal , mais je trouve cet article vraiment bien ! ( comme tous d'ailleur ) , mais vu que celui là raconte plus une histoire que les autres , y a plus moyen de tergiverser ! ... ou pas enfait ... !

    Posté par Ariel, 04 avril 2007 à 16:36 | | Répondre
  • nous sommes tous deux

    constament nous nous battons
    avec nous même
    et les multiples facettes
    qui nous composent
    une guerre du corps
    et de l'esprit
    que ce soit l'un ou l'autre
    il y en a un qui pleure

    cette bataille est sans fin
    tout les jours le même combat
    au fond,faire un choix

    en priant pour que ce soit le bon

    Posté par nada y todo, 04 avril 2007 à 17:28 | | Répondre
  • Auto-fight ou pas, parfois une bonne tarte dans la tronche, ça fait du bien.
    J'te kiss bien fort, Princesse.
    Take care

    Posté par Nixxi, 05 avril 2007 à 21:24 | | Répondre
  • ze end

    un personnage prisonnier
    sous ses vêtements
    sous son allure d'homme
    sous ses paupières

    une femme libre
    sous sa chevelure
    sous sa peau
    sous nos yeux

    la femme libre tue le prisonnier

    et aprés?

    elle regrette?
    elle se casse?
    elle fait quoi?

    elle regrette
    et elle prends la chemise du prisonnier
    pour se souvenir
    et elle s'en va
    la voilà devenue
    prisonnière à son tour

    le prisonnier lui
    il est libre maintenant

    Posté par prouti, 06 avril 2007 à 13:49 | | Répondre
  • le prisonnier, il aurait les yeux verts d'un ver de terre qui aurait le cafard.
    et ce serait phénoménal.
    ou juste comme ça.

    Posté par Cloch, 06 avril 2007 à 16:54 | | Répondre
  • Faut-il être mort pour être libre?

    Comme cette femme,nous naissons libre.
    Avant d'être enchainé par nos actes.
    Peut être recroisera t-elle quelqu'un
    qui à son tour la libèrera.

    Posté par morituri, 06 avril 2007 à 18:14 | | Répondre
  • Je ne crois pas qu'on naît libre. Qui peut affirmer que les nourrissons se ressemblent tous?
    Qui peut dire que la grossesse n'a pas d'impact? Qui peut parler de ce qui se passe avant la naissance et après la mort ? Qui s'en souvient ? Tu te souviens être né ? As-tu parler avec un mort ? Qu'est-ce que la "naissance" ? ..
    On ne naît pas libre, parceque les actes ont leurs conséquences. Il faut arrêter de croire que nous sommes indépendants de tout, c'est faux, prétentieux. Nous ne sommes pas des îlots coupés du monde qui nous entoure. Nous sommes influencés bien avant le "départ". Parceque l'instant présent naît de l'instant passé. Pas de coupure. Il y a une logique, un mécanisme. A nous de le découvrir. La liberté se situe dans le choix de l'interprétation: de la digestion où de l'overdose. Pas des faits.
    C'est l'habitude et la culpabilité qui nous enchaînent. C'est ça la véritable prison.

    Posté par KP, 08 avril 2007 à 03:05 | | Répondre
Nouveau commentaire